Ne pas faire de blagues au vrai patron

Bonjour, bonjour. Tiens, avant de commencer ce nouveau cours, je viens de me rendre compte que je ne m’étais même pas présenté la dernière fois, quelle tête de linotte je fais. Oui, bon, je sais, l’administration a dû vous donner mon nom, mais c’est une question de principes. Pensons aussi à nos auditeurs libres, voulez-vous, j’aimerais bien qu’ils puissent retrouver mes anciens travaux.

Donc, je m’appelle Herbert Drachon, chasseur de fantômes et d’autres entités. La dernière fois, je vous ai exposé quelques bases sur la nature de ce qui sera votre travail, et je comptais aujourd’hui parler de la classification des diverses entités, mais certains d’entre vous étaient particulièrement plus intéressés par l’idée d’en savoir plus sur les arcanistes et sur ce moment où j’ai appris à mes dépens ce qu’il se passe quand on en énerve un…

Donc, un arcaniste, c’est un type qui a appris à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur les entités à affronter et sur les portails dimensionnels. Et si vous vous demandez pourquoi on ne l’apprend pas nous-mêmes, c’est assez simple : la vie n’aime pas les gens trop doués. Donc, il y a des « élus » pour fermer les portails, et d’autres pour affronter les bestioles qui en sortent. Le souci, c’est que les premiers ont un ego proche de celui des pires dictateurs et un sens de l’humour à l’avenant. Vous voyez le tableau…

Donc, on est deux, on part en mission, rien de bien difficile, d’autant que j’étais encore un débutant : exorciser un manoir hanté par une entité facétieuse qui passait son temps à faire de sales blagues aux propriétaires des lieux. On entre, on le repère, je lui cours après pendant que l’arcaniste s’occupe du portail et attend que je le balance dedans pour tout fermer. La routine, quoi.

Après bien des efforts et blagues vaseuses, je chope le petit diablotin et je me dis que mon nouvel ami mérite aussi sa dose de rigolade, après tout. J’avais bien étudié les diablotins, et je savais qu’on pouvait « emprunter » leurs pouvoirs si on les tenait. Je me suis donc dit que j’allais m’amuser un peu et j’ai vaguement lancé un sort de silence temporaire sur mon arcaniste. Il n’a pas duré plus de trente secondes, mais sa tête était épique, croyez-moi ! Il se croyait subitement totalement muet et c’était assez énorme, j’en ai encore un début de fou rire en y repensant.

Le problème, c’est qu’à l’époque, j’ignorais que les membres de cette caste avaient le caractère d’un dragon privé de bouffe et de trésor… Enfin, pas aussi explosif, mais tout aussi rancunier… Donc, trois semaines après, on me colle sur une autre mission avec lui. Et je sens d’entrée de jeu que quelque chose ne va pas, comme si j’étais subitement malade. Effectivement : ce con m’avait balancé TOUTES les altérations d’état possibles et inimaginables ! On arrive sur place et je suis là à le supplier comme je peux, étant entre autres muet, de m’enlever ces merdes depuis qu’on est partis !

Imaginez le tableau.
Là, il me dit que j’ai le choix : soit je remplis la mission dans cet état, ce qui était juste physiquement impossible entre le silence, le poison, la faiblesse, le sommeil qui se pointait, etc… Soit il acceptait de me rendre mon état normal, mais je devais être le coursier à tout faire des arcanistes pendant un mois. J’ai ma petite fierté, j’y ai passé six heures, mais j’ai fait le boulot dans cet état ! Il a levé les altérations, mais ce petit enfoiré était tellement vexé qu’il avait un dernier petit tour pour moi…

J’ai passé le reste de l’année à voyager entre deux dimensions de façon totalement aléatoire après ça. N’énervez JAMAIS un arcaniste, il vous fera vivre un enfer.

 

Anthony


Annonces Google

Comment développer rapidement un bon jeu vidéo

Bureaux de Dreamer Games, Santa Monica, Californie. 2 février 2017, 10H33
— Bien, messieurs, il faut savoir regarder la réalité en face : notre dernier exercice fiscal est un désastre ! Pas de quoi mettre l’entreprise dans le rouge, mais on a le droit de commencer à paniquer un peu. Alors, si on ne veut pas que Dreamer Games mette la clé sous la porte d’ici quelques années, il va falloir commencer à imaginer des concepts marketing qui marchent !
— Et pourquoi pas des concepts de jeux, plutôt ? Je crois que ça aiderait.
Le regard noir du directeur se fixa sur son employé après ces mots.
— Oui, enfin, moi, ce que j’en dis, après tout…
— Bon, l’heure est grave ! On va faire comme les autres Japonais, là, de chez Carré, ou je sais plus comment… On va copier la concurrence pour se sauver ! Trouvez-moi ce qui marche et faites du marketing à mort ! Et je veux ça pour hier !

Bureaux de Dreamer Gamer, studio de développement interne, 10H54
— Pfff, il est marrant, le boss, mais si il croit que c’est facile d’arriver avec une nouvelle idée…
— Bah, on peut aller voir les voisins. Tu sais, Actif je sais plus quoi, on est dans la même ville. Qu’est-ce qui marche, chez eux ?
— Le FPS bourrin ras du front sans scénario avec une communauté multi au QI digne d’un banc d’huîtres avariées, je crois…
— Bah voilà, on n’a qu’à faire ça, ça doit pas être bien difficile. On va laisser le marketing s’occuper du reste côté titre et pub, et c’est dans la poche. Allez, au boulot, c’est l’heure pour la grande Amérique d’aller sauver le monde ! Si avec ça, on n’a pas le public ET le Président dans la poche…

Bureaux du marketing de Dreamer Games, 13H42
— Ok, on a mis nos développeurs sur une nouvelle licence, il est temps de s’occuper du reste. Donc, comment on va l’appeler et la vendre ?
— On peut reprendre les codes publicitaires du concurrent direct, ça devrait marcher. Et miser sur la masse de DLC dès la sortie, ils aiment, ça.
— Ok, on a le genre, je vois la campagne pub qu’on peut faire… Mais comment on va l’appeler ?
— Je sais pas, il nous faut un truc original et puissant, tu vois… Hum… Je sais ! Medal of Duty : The Call of Honor ! Original et jamais vu, personne va nous tomber dessus ! Au pire, on dira que tout le monde copie tout le monde, hein, c’est la base du milieu et du genre : tout se ressemble à se cloner à chaque épisode.

Bureaux de Dreamer Games, 2 février 2018, bilan de l’année 2017, 9H21
— Messieurs, c’est un triomphe ! Notre nouveau jeu a enterré la concurrence et a remporté le titre de jeu le plus vendu de l’année ! Alors, maintenant, je veux des suites et des spin off jusqu’à plus soif, autant y aller à fond ! Remercions tous Saint Bobby pour ses sublimes idées qui ont révolutionné notre domaine et notre passion.

 

Anthony

Un enseignement pas très normal

 

Alors, on croit tout savoir des fantômes et autres créatures étranges ? Et surtout comment les neutraliser ? Pardon ? Ah oui, vous avez vu tous les SOS Fantômes, l’intégrale de Supernatural, et d’autres trucs encore à côté, oui, oui… Bref, vous savez tout ce qu’il y a à savoir sur le métier autant que je sais tout d’une enquête policière depuis que je me suis tapé tout ce qui existe sur Sherlock Holmes, quoi. En un mot : vous êtes nuls ! Vous seriez même pas foutus de reconnaître un fantôme si vous en aviez un qui vous surgissait sous le nez ! Mais je suis bon prince et je vais vous enseigner quelques petits trucs intéressants sur le sujet. Alors, virez-moi vos références idiotes de vos petites têtes et laissez parler les pros !

Alors, règle numéro 1 : on ne peut ni tuer, ni capturer un fantôme ou toute autre apparition ! Non. Pourquoi ? Parce que c’est déjà mort ; ou, dans tous les cas, ça appartient à un autre plan astro-dimensionnel. Vous voulez vous en débarrasser ? Renvoyez-le dedans et fermez à clé ! Hé ouais, y a pas d’autre solution.

Ce qui m’amène au point deux : oubliez toutes ces conneries de pièges, munitions « magiques », et autres. Vous devez refermer le portail et, pour ça, vous aurez besoin d’un grimoire comme celui que je vous ai fait passer. Faites gaffe avec les formules, ça balance à la seconde où c’est prononcé à voix haute ! On perd régulièrement des élèves dans les limbes avec ça… Oh, et vous saurez qu’un portail est ouvert par la sensation de froid qui vous envahit, même s’il fait trente degrés dehors. Comment ça, il fait subitement froid, ici ? Non, vous devez rêver.
Bref, nous arrivons au troisième point : ne partez JAMAIS en mission sans l’aide d’un arcaniste confirmé ! Et, surtout n’énervez jamais l’arcaniste en question, il pourrait trouver un moyen très désagréable de se venger… J’en ai moi-même fait les frais il y a bien longtemps…

Pour ceux qui se poseraient la question, oui, vous pouvez avoir des armes. La dernière chose dont vous avez envie est bien de vous retrouver sans ça face à une horde de fidèles fanatiques déchaînés et décidés à vous sacrifier à leur idole. C’est une situation assez gênante.
Dernier détail : si vous voulez les repérer, croyez-moi, vos yeux suffisent. En plus de provoquer un froid assez puissant, ce sont de vrais sapins de Noël, quand ils décident de se montrer ! Pardon ? Ma tenue ? Oui, je suis intégralement couvert, en mode discret et furtif, où donc est le problème ? Oh, je vois, vous me suspectez d’être… Haha, très marrant, oui.
Bien, assez plaisanté, ceci conclut donc votre premier cours sur les bases de la chasse aux fantômes, nous verrons le reste aux cours suivants. Bonne journée.

Bien, ils sont tous partis. Je peux enfin me détendre un peu. Mais quelle idée j’ai eue de chasser les fantômes et d’enseigner à le faire en en étant un moi-même !

Anthony

Le jour où j’ai trouvé un boulot sans le chercher !

Pardon ? Vous voulez savoir mon boulot ? Oh, je crois qu’il serait plus intéressant que je vous raconte comment je l’ai eu, avant de vous dire de quoi il s’agit. Il faut bien admettre, les circonstances étaient loin d’être ordinaires… En fait, je me promenais tranquillement un jour, quand il s’est mis à neiger. Rien d’anormal, dites-vous ? Non, en effet, en plein mois de juillet, rien d’anormal, tout à fait. Bref. Étant bien évidemment plus qu’intrigué par ce phénomène, d’autant qu’il semblait se limiter à la forêt où j’étais alors, je me suis arrêté, me demandant si je rêvais, et la curiosité l’a emporté : il fallait que je sache ce qu’il se passait.

Bon sang, quelle idée ça a été… J’ai continué d’avancer, regardant partout autour de moi et même au-dessus, et ce qui devait arriver arriva : je suis tombé dans une bonne grosse fosse. Non, pas un vague trou comme ça en plein milieu des bois, hein, vraiment la grosse fosse de compét faite pour piéger ce qui tombe dedans. Me voilà donc totalement désespéré, ne sachant pas comment j’allais me sortir de ce merdier, d’autant qu’il n’y avait personne dans le coin. Enfin, ça, c’est que je croyais.

Parce que, justement, à peine cinq minutes après, je vois sauter un gros bonhomme dans la fosse, et nous voilà à passer à travers le sol pour atterrir ailleurs. Oui, je vois vos regards incrédules, là, mais c’est la vérité. Et on a atterri ailleurs, dans une autre fosse… De laquelle il s’est tiré avec un simple saut, au fait. Non mais, arrêtez de me regarder comme ça ! Je vous dis que c’est la stricte vérité ! Mais j’ai pas fini, hein !

Bref, il a remis ça pas mal de fois, jusqu’à ce qu’il remarque enfin ma présence. Je vous passe les termes exacts de la « conversation », sachez juste que j’en ai bien pris pour mon grade et menaçait de me remettre aux autorités de son pays. Oui, on avait carrément changé de pays. Bon, j’ai réussi à le convaincre que c’était un accident stupide, et il a fini par se calmer. Enfin, un peu. Après ça, il est parti à râler sur son boulot, dont il m’a expliqué les détails et que c’est parce qu’il avait des deadlines tellement pétées qu’il s’était mis à boire et trouver un moyen d’expédier tout ça avec des portails dimensionnels comme ceux qui nous avaient emmenés un peu partout. Cela dit, ça marchait moyennement, vu qu’on était donc en juillet, et qu’il avait bien dépassé…

Là, je me dis que y a peut-être un créneau à prendre et que je pourrais l’aider, s’il me présentait à ses patrons, tout ça, vous voyez… Sauf qu’il m’a juste demandé si j’étais bien certain de vouloir le faire et, dès que j’ai confirmé, m’a refilé tout son matos, y compris sa tenue et ses super bottes, le reste de sa mission du jour, une adresse pour aller dire aux supérieurs que j’ai tout pris en charge, et hasta la vista, y avait plus personne !

Bref, depuis ce jour, je vis en Laponie et je suis officiellement l’actuel Père Noël… Et je sens que je vais me trouver un pigeon aussi dans pas longtemps.

 

Anthony

Quand la liberté détruit le monde

 

— Bon, alors, il s’est passé quoi, cette fois ?
— Bah, d’abord, y a eu un vieux qui…
— Bordel, mais c’est pas possible ! Ça démarre TOUJOURS avec un vieux, avec vous ! Vous comptez me faire l’inventaire de la section gériatrie de tous les hôpitaux du monde, ou quoi ? Je vous préviens, le reste a intérêt à être vraiment intéressant, hein !
— Oui, bah, si vous me laissiez parler, ça pourrait peut-être le devenir ! Donc, j’ai croisé un vieux qui m’a balancé une espèce d’énigme bizarre…
— Non mais, vous vous foutez de moi, là, en fait… Le vieux, l’énigme bizarre, et on va encore avoir droit au coup de l’artefact antique que personne ne connaît et que vous n’avez évidemment pas récupéré pour la suite, c’est ça ?
— Comment vous avez deviné ?

— …Oui, bon, bref, continuez. Putain, ça va encore être long, cette histoire.
— Donc, le vieux m’a balancé son énigme, puis il m’a emmené vers un bosquet sombre en disant que c’était la clé de tout ça. Et là, qu’est-ce que je trouve ? Une épée. Comme ça, toute seule, qu’il me dit de prendre. Alors, moi, qu’est-ce que je fais ?
— C’est effectivement la question qui est sur toutes les lèvres.
— Bah, je suis pas fou, je la prends pas. Hé, je suis pas con, quand même, les pièges, je les vois de loin. Je fais demi-tour, et là, il me beugle un truc au sujet de ma destinée, ou je ne sais quelle connerie… Moi, forcément, je lui réponds « J’ai pas envie de crever comme une merde, ducon, va te faire foutre ! ».
— Et donc, cette épée, elle est devenue quoi, exactement ?
— Je voulais pas qu’il essaie d’embrigader d’autres types dans sa connerie, alors, j’ai agi en conséquence : j’ai tout cramé, histoire de bien raser le bordel et faire fondre ce truc. Histoire que tout le monde soit enfin tranquille, quoi. Oh, et j’ai aussi fumé le vieux au passage, que ça soit bien fini.
— Nom de Dieu, retenez-moi ou je vous étrangle. Je plaisante pas.

— Quoi ? Fallait pas ? Désolé, hein, c’était juste un peu trop suspect pour moi. Au moins, maintenant, on a la paix.
— La paix ? La PAIX ? Mais bordel d’enfoiré de bougre d’abruti pas fini à la pisse d’Orc bourré, vous vous rendez compte de ce que vous avez foutu ?
— J’ai débarrassé le monde d’un piège mortel qui a coûté la vie à pas mal d’aventuriers. J’ai bon ?
— D’après ce que j’ai entendu via divers échos de l’affaire un peu partout… VOUS AVEZ FONDU L’ÉPÉE ENCHANTÉE OFFERTE À L’ÉLU POUR DÉTRUIRE L’ANCIEN DÉMON QUI REVIENT TOUS LES 1000 ANS !!! Mais qu’est-ce que vous avez dans le crâne, bordel ? On est tous morts, maintenant !
— Ouais, oh, c’est pas ma faute, hein. Fallait arrêter d’écrire le RPG japonais à coup de clichés avant de l’ouvrir à la liberté de choix et d’action à l’occidentale, hein…

 

Anthony

Les exploités en ont marre !

 

Mais j’avais pas signé pour ça, moi ! Ah, bon Dieu, tu parles d’une journée de merde. J’ai passé mon temps à courir aux quatre coins de la ville et même au-delà, alors, c’est pas le moment de me chercher ! Je suis trop con, aussi, pourquoi je passe mon temps à dire oui à tout ce que tout le monde me demande ? Ah oui, on me paie, c’est vrai… Bon, c’est pas censé être mon boulot, mais au moins, j’ai de quoi voir venir. Cela dit, je pensais pas que j’allais jouer les facteurs et autres préposés aux objets trouvés, surtout parfois pour pas grand-chose derrière. Parce que, payé, oui, payé cher pour le trajet et les efforts, t’as le droit de rêver.

Mais sérieusement, y a pas de service postal dans tous vos bleds ? Comment vous faisiez pour communiquer avant qu’on arrive avec les collègues ? Parce que là, sérieusement, c’est la lose. Je crois que le pire, c’est quand on traverse le monde entier d’un bout à l’autre pour un misérable paquet… Sans parler de tout ce que vous paumez parce que vous allez traîner n’importe où n’importe comment ! On vous dit, on vous répète que cette forêt est pleine de bandits, mais nooon ! Il FAUT la traverser, ça va plus vite. Et qui se tape la corvée de récupération de tout ce que vous laissez tomber dans votre fuite ? Hé bah, c’est bibi !

Non, sérieusement, au bout d’un moment, vous m’emmerdez, et encore plus quand vous me promenez d’un point à un autre parce que, éééééééééévidemment, pour arriver à l’endroit où je suis censé arriver, je dois faire des détours par paquets de dix du fait qu’on m’envoie dans la mauvaise direction ou vers la mauvaise personne au départ ! Et qu’on répète ça pendant dix plombes ! Quelque part, après avoir fait ça, on comprend pourquoi vous engagez principalement des apprentis mercenaires : on se fait tellement attaquer sur le trajet qu’on aurait le temps de mourir trente fois si on savait pas se défendre !

Bon, au milieu de tout ça, on arrive à trouver le temps de s’entraîner et trouver du vrai boulot intéressant, d’autant que ça aide à se faire un nom… Mais quand même, au bout d’un moment, ça pèse. Genre beaucoup. Alors, soit vous vous créez ENFIN une Guilde des Facteurs et vous embauchez du monde, soit vous nous payez à la hauteur de nos efforts, mais il va falloir se décider, parce qu’on va finir par faire grève et vous dire merde à chaque fois que vous voudrez nous prendre pour des cons comme ça !

Ah, bon sang, je vous jure, c’est parfois pas facile d’être un personnage de MMORPG…

 

Anthony

Précis de comédie à l’attention des acteurs ratés

Non mais, attendez, là, c’est pas possible ! Enfin, vous croyez vraiment que vous allez faire ressentir quoi que ce soit à qui que ce soit, avec une capacité d’interprétation et d’improvisation plus proche d’un Steven Seagal qui aurait fumé un peu trop d’herbe que d’une performance digne d’un Oscar ? Ah, bordel… Je vous demande pas l’Actor’s Studio non plus, juste d’être un minimum CRÉDIBLES ! Bon, on commence par quoi pour faire un petit débrief de ce pur désastre ?

Allez, toi, là. Tu peux me dire ce que t’essayais de faire avec ces répliques bateau sans la moindre passion ? Ah, tu essayais de t’intéresser à ton interlocuteur, et il n’avait pas l’air très chaud à l’idée de te répondre ? En même temps, commencer avec des « Ça va ? », « T’es d’où ? », « Tu fais quoi dans la vie ? »… J’ai vu mieux. Nom de Dieu, le pire, c’est que vous le faites TOUS ! C’est balancé sur un ton monocorde, c’est mécanique, y a RIEN ! J’ai l’impression d’avoir eu des robots devant moi avec un programme « Comment approcher quelqu’un de la façon la plus merdique possible ». Un peu d’efforts, enfin…
Mais bon, à côté de l’autre abruti, là… C’était pas grand-chose. On peut savoir ce qui t’a pris d’attaquer direct comme ça ? Pardon ? Autant aller au vif du sujet ? Ah bah oui, je veux bien, mais quand même, demander combien gagne la personne à qui tu t’adresses en à peine cinq minutes… Franchement, fallait l’oser. C’était juste totalement inconscient, mais fallait oser y aller. Sérieusement, tu t’étonnes qu’on se barre direct dès que tu fais un coup pareil ?

Non, sérieusement, moi, je peux plus rien pour vous, à ce stade, vous serez jamais de vrais acteurs… Hum ? Ah, l’autre qui file direct dans le mode nympho ? Non mais là, j’ai même pas de mots tant c’est n’importe quoi, vaut mieux un mépris teinté d’ignorance que tirer sur l’ambulance…
Bon… On a du boulot. Sérieusement. Beaucoup de boulot si vous voulez un jour être crédibles dans vos rôles respectifs. Et on va démarrer tout de suite. D’abord, arrêtez avec les questions routinières comme ça, enfin. Trouvez un truc vraiment intéressant à dire, quelque chose qui va pousser à avoir une vraie conversation et à se livrer. On ne s’adresse pas aux gens comme si on était un formulaire administratif à remplir, ça fait assez fuir en version papier !

Et, au passage, quand vous vous présentez, même indirectement, sous un nom différent selon les cas… Bah, c’est pas mieux, on vous vire d’autant plus facilement. Imaginez un vrai background à votre personnage, un vrai profil, rempli, intéressant, avec lequel on peut interagir. Non, parce que, sérieusement, sans ça, vous partez perdant d’avance. Vous allez vous perdre dans l’improvisation de ce que vous balancez et dans ce que vous avez défini au hasard avant, et ça va mal finir… Il faut s’immerger dans le rôle, prendre le temps, et ensuite, seulement, vous livrerez une performance convaincante.

Oui, je sais, dans le fond, vous vous en foutez, c’est tout de suite que vous voulez le fric de ceux que vous arnaquez. Sauf que ça rate à chaque fois. Croyez-moi, Neal Caffrey aurait honte de vous. Quant à Danny Ocean et sa bande, ils doivent bien se marrer, et aimeraient sans doute vous mettre quelques baffes à chaque connerie !
Alors, maintenant, vous prenez le temps, vous arrêtez de faire honte à la profession, et peut-être qu’on pourra faire quelque chose de vous. Sinon, quitte à forcer comme des bourrins, je vous propose d’aller vous reconvertir dans la banque, vous serez plus à votre place.

 

Anthony

On a découvert la recette des divas littéraires des réseaux sociaux !

Ah, l’écriture. Ce fabuleux petit monde de création, de passion, de saine émulation, où tout le monde veut percer et voir son compte en banque grossir à mesure que son œuvre augmente. Mais le chemin est long et semé d’embûches, jeunes apprentis ; aussi vais-je vous expliquer, suite à mes nombreuses observations, comment atteindre ce but et devenir une grande star.

I Vous êtes nul ? Pas grave !

La première clé à maîtriser est en effet que la qualité d’un texte varie d’une personne à l’autre. Et, combien même tout le monde serait unanime à l’idée que vos lignes feraient passer Marc Levy et Guillaume Musso pour les héritiers de Molière et Victor Hugo, ne vous en faites pas : la communication vous sortira de tout.

Vous êtes autoédité ? C’est parce que votre talent est trop éclatant et vos idées trop avant-gardistes pour l’édition traditionnelle. Vous savez que vos textes sont indéfendables ? Faites-vous passer pour quelqu’un qu’on invite partout, qui côtoie les stars, qui va avoir des adaptations ciné de ses livres (par contre, évitez de lésiner sur le budget, parce que annoncer, par exemple, une adaptation avec Johnny Depp et Angelina Jolie à 20 millions d’euros, c’est « légèrement » radin). Créez plusieurs comptes et critiquez vos propres œuvres pour pousser la curiosité. Bref, foncez : plus c’est gros, plus ça passe !

II Exploitez le bon genre et ayez la bonne attitude !

Je pense que je ne vais rien vous apprendre, mais les genres de l’imaginaire, notamment la fantasy, c’est puéril, pour les enfants. Rien de plus qu’une perte de temps. Et puis, personne ne voudra vous inviter sur aucun plateau, les concours d’écriture accepteront tous les genres sauf ceux-là… Non, vraiment, ne vous embêtez pas et faites comme tout le monde : balancez l’histoire d’un type vide, creux, indécis, qui se laisse porter par les événements, et déploie quelques aphorismes de temps en temps. Il faut ce qu’il faut pour que ça marche.

Ce qui m’amène au second point : soyez méprisant. Toujours. Il faut qu’on comprenne que c’est vous le patron, la star, le summum. Balancez tout ce que vous avez pour dire plus ou moins clairement que tout ce que vous lisez est nul, que les aspirants auteurs ne font que copier, n’ont pas d’âme ni d’originalité, et que vous leur faites une fleur rien qu’en acceptant de lire leur prose tout juste digne d’un ado qui débute la fanfic sur son Skyblog.

Personne n’aime les êtres lisses, alors, autant y aller franchement : chacun voudra tenter d’avoir la fierté d’être le premier à tirer un compliment sincère de votre plume, ce qui n’arrivera évidemment jamais avec votre mauvaise foi déjà légendaire. Certains ont bâti de véritables carrières sur les réseaux sociaux avec cette attitude, pourquoi vous priver ?

III Ayez toujours le dernier mot !

Quoi qu’il arrive, ne laissez pas les autres vous acculer et vous donner tort. Vous DEVEZ avoir raison, même (et surtout) quand ce n’est pas le cas. Lâchez-vous ! Attaquez ad hominem, interprétez de travers les propos afin de vous mettre en valeur, employez tout votre vocabulaire pour bien montrer votre supériorité, bref : montrez que vous détenez LA vérité et que vous avez raison depuis le début.

Et ne vous en faites pas pour l’opposition : si vous tenez la ligne et leur donnez l’impression de parler à un mur, ils finiront par s’en aller tranquillement, vous laissant l’espace à utiliser comme vous l’entendez. Vous n’avez plus qu’à vendre votre came à vos déjà futurs lecteurs, séduits par votre capacité à ne pas céder, à défaut de l’être par la qualité de votre verve ou de votre plume.

Alors, prêts à devenir des stars de l’écriture ? Pardon ? C’est un ramassis de mauvaise foi et de médiocrité humaine ? Ah oui, ça, je ne le nie pas… Mais j’ai annoncé la recette pour devenir une star, pas celle pour bosser et devenir un auteur, hein !

Anthony 

De l’art de paralyser une société – VoxPlume

Le bureau était le théâtre d’un désastre sans nom, entre rapports pas finis, nouveaux objectifs non lus, accumulation de boules de papier par terre… Les autres membres de l’équipe n’en croyaient pas leurs yeux et, surtout pensaient aux conséquences de cet arrêt de travail de leur collègue.
— Mais… Mais… Mais qu’est-ce que tu fous, bordel ???
— Quoi, c’est pas encore assez clair ? Je glande, je fous rien, j’en ai marre, je suis en grève ! Alors, si vous voulez que le boulot soit fait, faites-le vous-mêmes, et m’emmerdez pas !
— Mais t’es pas bien ? Tu te rends compte de ce que tu risques si ton chef de section débarque ? Et je parle pas du grand patron…
— Ah, mais je les attends ! J’ai beaucoup de choses à leur dire, aux deux frangins, ça tombe bien !

Les autres employés commençaient à se dire que leur camarade avait perdu l’esprit et ne savaient plus vraiment quoi dire. Celui qui lui parlait revint alors à la charge sous un autre angle.
— Bon, écoute, je veux bien croire que tu aies quelques soucis avec la hiérarchie, ou les conditions de travail, ou je ne sais quoi. Mais là, tu nous fous un peu dans la merde ! Est-ce que tu as la moindre idée de ce qu’il va se passer si tu ne vas pas remplir tes missions sur le terrain ?
— Oh oui. Je paralyse toute la division. Et, par là même, les autres par ricochet. Il faut bien ça pour que les deux autres comprennent que je suis pas leur petit toutou et qu’il va peut-être falloir commencer à me respecter !
— D’accord, ok. Et est-ce que tu te rends compte que si tu vas pas nettoyer un peu tout ça, ça va vite virer au désastre ? Trop de choses dans un trop petit volume, avec trop peu de ressources pour tout faire fonctionner ! Tu peux me dire où on case le surplus ??
— Oh, c’est bon, répondit le gréviste en soupirant. On manque pas d’endroits où recaser du contenu, bien au contraire…
— Ouais, enfin, les conditions sont loin d’être les mêmes, va falloir de l’investissement et de l’aménagement… Pas sûr que ça apprécie, au-dessus…
— Hé bien, tant pis pour eux !

C’est sur cette réplique que débarquèrent le chef de section et le président dans le bureau de celui qui avait décidé d’arrêter le travail.
— Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins, Thanatos. Qu’est-ce que tu veux ? Les Moires en ont assez de t’envoyer des noms sans que tu réagisses, là.
— Ah, chef de section Hadès, président Zeus, ravi de vous voir. Mes revendications sont simples : je veux pouvoir me reposer de temps en temps, et avoir droit à quelques rémunérations. J’en ai marre de courir partout prendre des âmes sans pouvoir faire un break. Et c’est encore pire en ce moment, je sais pas à quoi vous jouez ! J’aime pas plus les Humains que vous, Président, mais à un moment, il faut savoir lever le pied, hein.
— Et si on refuse, enchaîna Zeus ?
— Dans la mesure où même vous ne pouvez pas tuer la Mort, je resterai en grève indéfinie et vous devrez caser votre surplus de production immortel dans les mondes vides qui nous entourent. Je me demande d’ailleurs bien pourquoi ils existent, ceux-là…
— D’accord, tout ce que tu veux, je te mets ça par écrit, et il signe après, dit Hadès en désignant Zeus. Mais reprends le travail tout de suite. Ça te va ?
— Parfaitement, répondit Thanatos dans un petit sourire satisfait.
— La Mort en grève, c’est bien une première dans l’Histoire, ça, grommela Hadès en sortant.

Anthony

Médication inventive – VoxPlume

— Bon, alors, on fait comment, cette fois ?
— On a déjà fait dans la nourriture, dans la boisson, par intraveineuse… C’est dur de trouver de nouvelles idées, à ce stade…
— Je sais bien, mais on n’a pas le choix. Il faut qu’il prenne ça, sinon, il meurt. Et je ne compte pas me priver d’une telle source de revenus !
— D’accord, mais quand même, je me demande si c’est bien moral, tout ça…
— Oh, c’est bon, on ne fait de mal à personne, après tout. On s’arrange pour récupérer le produit sans que personne ne souffre, ni que ça soit vraiment préjudiciable.
— Je dois bien admettre que c’est toujours mieux que sa méthode… Cela dit, vu sa condition, il serait bien incapable de la mettre en œuvre… Tiens, dis, on a essayé de lui donner avec un bonbon ?
— Hum, non, jamais… On peut tenter le coup.

Les deux cuisiniers injectèrent alors la substance dans un bonbon et se rendirent nerveusement aux appartements de leur maître. Au moins, ce travail faisait fonctionner leur imagination, mais ils craignaient sans cesse le jour où ils seraient à court d’idées et où les redites ne fonctionneraient pas… Le travail était bien payé, mais il fallait vraiment redoubler d’ingéniosité pour que le maître ingère le produit nécessaire à sa survie sans le remarquer. Sa colère pouvait être redoutable, beaucoup avant eux en avaient déjà fait les frais…

— Bon, alors, on entre ?
— À toi l’honneur !
— Sympa… Allons-y…

Ils frappèrent à la porte et entendirent la voix du maître, qui les invitait à entrer. Comme toujours, la salle était sombre sous les rideaux tirés, c’était à peine si un rayon de lumière pouvait passer entre eux. Si cela avait pu les effrayer au début, les deux aides avaient désormais l’habitude et ne s’en formalisaient plus.

— Hum, bonjour, maître, dit le premier. Nous avons testé une nouvelle recette de bonbon et nous nous demandions si vous vouliez bien y goûter…
— Mais bien sûr, mes chers amis, répondit le maître en s’avançant vers eux. Attendez… Ce n’est pas une ruse pour me faire avaler cette horrible substance, n’est-ce pas ?
— Nous ? Des ruses ? Allons, maître, jamais nous ne nous abaisserions à cela, enfin, dit le second aide dans un grand sourire.
— J’ai quelques doutes… Enfin, bref, voyons ça…

Le maître des lieux prit un bonbon et l’avala rapidement, un sourire de ravissement aux lèvres.
— Délicieux ! S’exclama-t-il. Vous devriez vendre la recette !
— Nous y penserons, maître. Passez une excellente soirée.
— Vous aussi, reposez-vous bien, du travail nous attend tous trois dès demain matin.

Les deux hommes sortirent des appartements de leur maître et poussèrent un grand soupir de soulagement une fois en bas de l’escalier.
— Bon, c’est passé. J’espère qu’on va continuer comme ça longtemps, l’idée de finir dans l’un de ses vieux cachots ne m’enchante guère…
— Moi non plus, je te rassure. Bon sang, quel boulot de lui faire ingérer sa dose de sang quotidienne… Quelle idée d’être un vampire hématophobe, aussi…

Anthony