Qu’un simple concours de popularité

« Théo, t’es sûr de ton coup ?
– Mais oui, t’inquiète. J’ai une réputation à tenir, je ne vais pas m’arrêter maintenant.
– Si tu le dis… »

Jules soupira en regardant son ami s’infiltrer dans la pénombre du bâtiment. Il patienta quelques longues minutes, se demandant quand son ami allait ressortir, avant de recevoir une notification sur son téléphone :

« Théo Brenne a publié une photo dans le groupe privé Baleine Bleue: Avec mon pote George Clooney. »
Il soupira de nouveau avant de voir une silhouette quitter l’enceinte du musée de cire.

« Easy, je te l’avais dit ! lança alors ladite silhouette en brandissant fièrement la photo sur son téléphone.
– Mouais, tu devrais t’estimer heureux de pas t’être fait chopper, réplica Jules, visiblement lassé de l’attitude de son ami.
– Ça fait plusieurs fois que je devrais « m’estimer heureux », c’est un peu beaucoup pour mettre ça sur le compte de la chance, non ? C’est bon, ça te coute quoi de m’encourager de temps en temps ?
– T’es vraiment une tête de mule. Tu devrais sérieusement arrêter ces conneries, ça ne t’apportera rien de bon. Allez, viens, on rentre. »

Prêtant peu d’attention à ces propos, Théo regardait avec fierté son post devenir de plus en plus populaire. Voyant les interactions avec la communauté du groupe augmenter, il ne put retenir un rictus, ce qui décrocha un soupir de son interlocuteur qui entama la marche.
Au moment où les chemins des deux lycéens devaient se séparer, une courte sonnerie émana du portable du plus jeune. Il ne perdit pas une seconde avant d’en consulter la raison.

« Wow, il est rapide, j’ai déjà eu ma prochaine mission ! lança-t-il alors, plein d’entrain.
– Tu sais très bien ce que j’en pense, Théo… S’il te plaît, arrête-toi pendant que tu le peux encore. »
Voyant l’air désolé de Jules, Théo perdit son sourire et lâcha rapidement avant de reprendre la route :
« Ça fait déjà bien longtemps que je ne le peux plus. »

Le lendemain, au lycée :
Jules restait devant la grille du bâtiment, attendant avec appréhension son cadet. Les secondes et les minutes passaient, et, voyant l’heure du début des cours se rapprocher dangereusement, il décida de téléphoner à son ami. Vainement. Il déglutit avant de consulter anxieusement le groupe virtuel qui était la raison de ses angoisses depuis quelques mois. Lorsqu’il repéra les mots « mort » et « immolation » dans l’intitulé de la mission qui avait été attribuée la veille, il soupira d’une voix tremblante :
« Quel abruti… »

Des larmes commençaient à couler le long de ses joues quand il sentit une main lui tapoter l’épaule.
« Eh, ça va pas, vieux ? T’as vraiment mauvaise mine !
– Théo ? Mais… Et la mission ?
– Tu avais raison, je préfère arrêter tout ça, quitte à ce qu’on me regarde de haut en me traitant de lâche. A quoi ça sert, la popularité et l’adrénaline quand on est mort ? Allez, viens, on va manger jap’ !
– Euh, très belle réplique, mais t’es conscient qu’on a cours là ? plaisanta Jules en séchant ses larmes.
– Ouais, je sais bien, mais on ne sait jamais quand un nouveau challenge stupide va émerger.
– Vu sous cet angle… On y va ! »

Nouillechan


Annonces Google

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *