La mort est une fangirl

« Ca ne peut plus durer, ça fait plus d’une semaine que j’attends là ! Dites-moi ce que je dois faire, sinon, donnez-moi un endroit où aller ! Si j’avais su que je devrais rester comme ça aussi longtemps, j’aurais au moins allumé la télé…
– Oui monsieur, j’entends bien… Je vais les relancer. »
Le jeune secrétaire raccrocha le combiné, s’épongea le visage et se détourna de ses clients pour taper un nouveau rapport pour ses supérieurs. C’était déjà le douzième de la journée.

« Sujet : nouvelle plainte de clients, MAGNEZ-VOUS BON SANG ! »
Quelques étages plus haut, la réaction suite à cet énième rapport ne se fit pas attendre :
« Bon, Maryline, ça suffit maintenant, on vient d’en recevoir un autre, il est temps de vous reprendre en main, soupira Claire, la nouvelle assistante du Bureau des Morts du domaine Ouest.
– Non, je ne veux pas… On peut attendre encore un peu… Rien ne presse, les gens vivent plus longtemps, en meilleure santé et moi, je pourrai profiter en paix de ma série ! répliqua alors la susnommée.
– Plus longtemps, oui, en meilleure santé, ça je n’en suis pas sûre… La réception a reçu un appel d’un homme pendu depuis plus de quatre jours, et un autre d’une jeune fille qui est bloquée, un couteau dans l’estomac, et qui ne peut ni le retirer, ni mourir en paix. Ça suffit, à un moment ! »

La mine de la jeune assistante virait progressivement au rouge. Bien qu’elle n’avait rejoint l’entreprise que depuis peu, elle avait déjà bien cerné le caractère de son employeuse. Et elle savait qu’elle pouvait être très bornée. Mais Maryline ne bougea pas d’un pouce. Elle resta le visage cloué à son écran, les yeux de plus en plus humides.
« J’AI DIT NON ! cria-t-elle alors. Tu es encore bien trop jeune pour comprendre la complexité de l’amour ! Je ne peux simplement pas m’y résoudre, attendez encore qu’il termine une ou deux saisons avant de l’embarquer. Moi, c’est simple, je n’enregistrai pas son nom, tant que l’histoire ne sera pas terminée.

– Mais, Maryline… Vous savez bien qu’il y a un ordre à respecter, si vous bloquez un mort, toute la chaîne reste en suspens ! Imaginez le chaos que vous êtes en train de créer chez les vivants ! tenta Claire une dernière fois.
– Eh bien tant pis pour eux ! Ce n’est pas parce que mon chouchou a fait une malheureuse apparition dans une maudite émission culinaire qu’il doit en payer de sa vie ! Tant que je serai aux commandes, ce garçon continuera à vivre et à jouer dans cette série ! »
Quelque part, dans le monde des vivants, dans un quelconque studio de réalisation, deux stagiaires discutent à voix basse :

« Eh, t’es sûr qu’ils peuvent continuer la production comme ça ? Je veux dire, Eric a pris sacrément cher, tout de même… commença le premier.
– C’est vrai qu’il a l’air bien amoché… Que lui est-il arrivé ?
– Tu ne le sais pas ? Il s’est rendu en tant qu’invité dans une émission de cuisine populaire, « Les bonnes recettes de Tante Agathe », mais, elle a malheureusement mal tourné. Et maintenant il est comme ça… C’est fou, normalement, n’importe qui serait mort sur le coup, mais il a survécu ! Enfin, si on peut appeler ça « survivre » … Et il persiste à vouloir continuer le tournage malgré son état. »
Un peu plus loin, sur le plateau de tournage, Eric Hochet, jeune acteur en vogue de 23 ans, répétait son texte. Rien de bien étrange dans cette scène de dénouement et de révélations. Mis à part l’acteur principal qui, vêtu d’un costume noir, revolver en main, devait interpréter son personnage avec une porte de micro-ondes à moitié encastrée dans l’abdomen.

 

Nouillechan


Annonces Google

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *