Quand la liberté détruit le monde

 

— Bon, alors, il s’est passé quoi, cette fois ?
— Bah, d’abord, y a eu un vieux qui…
— Bordel, mais c’est pas possible ! Ça démarre TOUJOURS avec un vieux, avec vous ! Vous comptez me faire l’inventaire de la section gériatrie de tous les hôpitaux du monde, ou quoi ? Je vous préviens, le reste a intérêt à être vraiment intéressant, hein !
— Oui, bah, si vous me laissiez parler, ça pourrait peut-être le devenir ! Donc, j’ai croisé un vieux qui m’a balancé une espèce d’énigme bizarre…
— Non mais, vous vous foutez de moi, là, en fait… Le vieux, l’énigme bizarre, et on va encore avoir droit au coup de l’artefact antique que personne ne connaît et que vous n’avez évidemment pas récupéré pour la suite, c’est ça ?
— Comment vous avez deviné ?

— …Oui, bon, bref, continuez. Putain, ça va encore être long, cette histoire.
— Donc, le vieux m’a balancé son énigme, puis il m’a emmené vers un bosquet sombre en disant que c’était la clé de tout ça. Et là, qu’est-ce que je trouve ? Une épée. Comme ça, toute seule, qu’il me dit de prendre. Alors, moi, qu’est-ce que je fais ?
— C’est effectivement la question qui est sur toutes les lèvres.
— Bah, je suis pas fou, je la prends pas. Hé, je suis pas con, quand même, les pièges, je les vois de loin. Je fais demi-tour, et là, il me beugle un truc au sujet de ma destinée, ou je ne sais quelle connerie… Moi, forcément, je lui réponds « J’ai pas envie de crever comme une merde, ducon, va te faire foutre ! ».
— Et donc, cette épée, elle est devenue quoi, exactement ?
— Je voulais pas qu’il essaie d’embrigader d’autres types dans sa connerie, alors, j’ai agi en conséquence : j’ai tout cramé, histoire de bien raser le bordel et faire fondre ce truc. Histoire que tout le monde soit enfin tranquille, quoi. Oh, et j’ai aussi fumé le vieux au passage, que ça soit bien fini.
— Nom de Dieu, retenez-moi ou je vous étrangle. Je plaisante pas.

— Quoi ? Fallait pas ? Désolé, hein, c’était juste un peu trop suspect pour moi. Au moins, maintenant, on a la paix.
— La paix ? La PAIX ? Mais bordel d’enfoiré de bougre d’abruti pas fini à la pisse d’Orc bourré, vous vous rendez compte de ce que vous avez foutu ?
— J’ai débarrassé le monde d’un piège mortel qui a coûté la vie à pas mal d’aventuriers. J’ai bon ?
— D’après ce que j’ai entendu via divers échos de l’affaire un peu partout… VOUS AVEZ FONDU L’ÉPÉE ENCHANTÉE OFFERTE À L’ÉLU POUR DÉTRUIRE L’ANCIEN DÉMON QUI REVIENT TOUS LES 1000 ANS !!! Mais qu’est-ce que vous avez dans le crâne, bordel ? On est tous morts, maintenant !
— Ouais, oh, c’est pas ma faute, hein. Fallait arrêter d’écrire le RPG japonais à coup de clichés avant de l’ouvrir à la liberté de choix et d’action à l’occidentale, hein…

 

Anthony


Annonces Google

3 réponses à “Quand la liberté détruit le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *